AMC Eagle

Le SUV, ou crossover, est très répandu aujourd’hui. Mais il est en effet né dans les années 1970 du rapprochement de deux filiales, et plus précisément en croisant la silhouette de la voiture compacte d’une filiale avec le groupe motopropulseur et les capacités tout-terrain des véhicules d’une autre filiale.

Les « donneurs » en question étaient l’AMC Concord et Jeep, et on devait cet assemblage automobile inédit à Roy Lunn, ingénieur chez Jeep. Selon les livres d’histoire, Gerald C. Meyers, directeur d’AMC à l’époque, aurait réagi en s’écriant : « Qu’est-ce que c’est que ce truc ? » Comme il allait le découvrir par la suite, la réponse à cette question était : la première voiture américaine à 4 roues motrices ! Un système qui, jusque-là, était réservé aux seuls pick-up. Et quand la crise pétrolière de 1979 frappa de plein fouet, Meyers dut enfin convenir des mérites de cet assemblage astucieux.

Disponible en berline, coupé ou break, l’Eagle s’est extrêmement bien vendue. Toutes les versions offraient un grand confort sur route et assez de traction pour un usage léger en tout-terrain. Ces caractéristiques définissent d’ailleurs les multisegments actuels que proposent presque toutes les marques grand public. AMC a testé au fil des ans divers styles de carrosserie, dont plusieurs à hayon. Au début des années 1980, il y avait même une décapotable, la Sundancer, construite par un sous-traitant en Floride. Quand les dernières Eagle ont été vendues en 1988, presque 200000 modèles avaient déjà quitté les chaînes de montage. AMC a depuis été absorbé par Chrysler, qui a baptisé une série de ses véhicules Eagle, sans parvenir à reproduire le succès de l’original. Chrysler a finalement décidé d’abandonner ce nom en 1998 mais force est de constater que ces voitures demeurent très prisées sur le marché d’occasion.

L’AMC Eagle est l’une des plus belles voitures de sa génération.

Vous aimerez aussi...