Aston Martin Lagonda

Aujourd’hui, les équipements informatiques embarqués dans les voitures ne surprennent plus personne. Pourtant, quand Aston Martin a présenté sa Lagonda en octobre 1976, cette dernière a fortement surpris et fait rêver le grand public : c’était la première voiture de série au monde dotée d’un tableau de bord numérique et d’équipements gérés par ordinateur ! D’autres accessoires habituellement en option étaient en outre offerts en série : climatisation, direction et freins assistés, vitres et verrouillage électriques. Évidemment, compte tenu du prix non négligeable de la voiture (51600 dollars), les acheteurs s’attendaient à un certain faste. Mais les accessoires n’étaient qu’un plus. Les acheteurs acquéraient aussi et surtout une voiture à très hautes performances, dont l’accélération et la vitesse maximale s’avéraient impressionnantes.




La Lagonda avait été dessinée par William Towns, qui avait collaboré à la création de la Hillman Hunter. Il a ensuite travaillé pour Aston Martin où il était l’un des principaux responsables de la Lagonda. Ce fut son dernier succès chez ce constructeur qu’il a finalement quitté pour une carrière dans le design industriel, bien qu’il ait collaboré comme consultant à la conception de plusieurs autres voitures, dont la Jensen-Healey. Le dessin de Towns était ici en lame de couteau, une silhouette qui ne laissait personne indifférent : on l’adorait ou on la détestait. En 2011, le magazine Bloomberg Businessweek a classé la Lagonda parmi les 50 voitures les plus laides du dernier demi-siècle. Elle était indubitablement originale, et assez de conducteurs l’ont aimée pour que les commandes s’accumulent. C’est exactement ce dont avait besoin Aston Martin qui, malgré sa notoriété, affrontait des problèmes de trésorerie dans les années 1970. Dévoilée en 1976 et lancée en 1977, la Lagonda n’a été livrée à ses premiers propriétaires qu’en 1979. Cela a toutefois été un succès, et la production a continué jusqu’en 1990.

Vous aimerez aussi...