Ford Mustang Mach 1

Certaines voitures ont des noms peu évocateurs, voire ésotériques. Avec la Mustang Mach 1, cependant, Ford ne pouvait être plus clair. Car bien que la Ford Mustang ait lancé la mode des pony cars, elle relevait bien plus de la muscle car sous sa version Mach 1. Ford avait besoin de ce caractère musclé, car bien que la Mustang ait immédiatement eu du succès lors de son lancement, quelques années plus tard elle avait été copiée, rattrapée puis dépassée par d’autres constructeurs. En 1969, Ford a riposté en produisant pas moins de sept modèles à hautes performances, dont la Boss 302, la Boss 429 et la Mach 1. Les amateurs de muscle cars avaient l’embarras du choix. Grâce à ses suspensions, la Mach 1 alliait confort et vitesse. La prise d’air de son capot, ornée de minuscules clignotants des deux côtés, était mémorable, mais d’importance relativement mineure comparée à la puissance de la voiture. La Mach 1 a démontré qu’elle méritait son nom lorsque le magazine Performance Buyer’s Digest lui a fait faire des essais à Bonneville Salt Flats, dans l’Utah.




Elle aurait alors battu pas moins de 295 records. Le super-espion James Bond n’a probablement pas protesté contre la présence de clignotants supplémentaires quand les producteurs des Diamants sont éternels, film de 1971, lui ont alloué l’une des premières versions de la Mustang Mach 1. Dans La Grande Casse, sorti en 1974, une Mach 1 de 1973 compte parmi les 48 voitures qu’une bande de voleurs est chargée de dérober. Baptisée Éléonore, c’est la seule Ford Mustang qui n’ait jamais été mentionnée spécifiquement au générique d’un film. Le fait que 93 modèles aient été détruits au cours de la longue scène de poursuite semble criminel, mais c’était probablement une bonne nouvelle pour les sociétés de ventes aux enchères.

Vous aimerez aussi...