Maserati Bora

Les rares chanceux qui ont eu l’occasion de découvrir la Bora sur route ont adorée sa double personnalité : un haut degré de raffinement doublé des performances extraordinaires d’une supercar à moteur central. Comme la tradition le veut chez Maserati, la Bora a été baptisée en référence à un vent puissant du nord-est qui souffle sur l’Adriatique italienne. C’était le premier modèle lancé par Maserati après son rachat par Citroën en 1968. Première voiture de série de Maserati à 2 places et moteur central, la Bora devait concurrencer la Miura de Lamborghini, la Mangusta de De Tomaso et la 365 GT4 BB de Ferrari : autant dire que le challenge était de taille ! Toutefois, grâce à son élégance discrète, elle a su se démarquer d’emblée : elle était destinée à une clientèle plus raffinée. D’immenses efforts ont été réalisés pour améliorer son insonorisation et réduire les vibrations de son moteur V8. C’était aussi la première Maserati équipée d’une suspension à corps filetés qui améliorait son comportement sur route.




Dessinée par Giugiaro d’Italdesign, la silhouette effilée aux angles acérés a époustouflé les visiteurs du Salon de l’automobile de Genève en 1971. Giugiaro, qui n’avait pas eu recours aux essais en tunnel aérodynamique pour concevoir la Bora, expliquait qu’elle était « étonnamment sportive, mais pas excessivement agressive… novatrice, mais pas révolutionnaire ». Certaines caractéristiques, telles que le toit et les montants du pare-brise en acier brossé ou encore la verrière à double vitrage du compartiment moteur, la différenciaient de sa petite seoeur, la Maserati Merak, équipée d’un V6. A partir de 1974, le V8 de la Bora a été poussé à 4900 cm3, ce qui la plaçait parmi les supercars les plus rapides de sa génération. Au cours des huit ans de production, 571 modèles ont été construits. la Maserati Bora est l’une des plus belles voitures du monde.

Vous aimerez aussi...