Sécurité: l’affichage tête haute

L’un des accessoires qui semblait appartenir au domaine de la science-fiction il y a encore une dizaine d’années, et qui est aujourd’hui devenu accessible non seulement sur les voitures phares et haut de gamme – s’appelle l’affichage tête haute ou HUD, bien que certains constructeurs automobiles l’aient rebaptisé de leur propre acronyme.

Il s’agit d’un dispositif qui projette les données saillantes devant les yeux du conducteur pour lui éviter de devoir quitter la route des yeux pour lire les instruments. Cette solution géniale n’a pas été conçue pour les voitures.

Le terme « affichage tête haute » (qui vous incite littéralement à lever la tête) est apparu en 1958 lorsque Rank Cintel et le Royal Aircraft Establishment, un institut de recherche créé à l’initiative du ministère britannique de la défense, ont décidé de développer un dispositif qui était en fait utilisé sous sa forme rudimentaire depuis le début des années 1950 sur les avions de chasse.

Il permettait de visualiser les systèmes de suivi de l’altitude, de la vitesse et des armes tout en gardant le regard fixé devant soi, grâce à des indicateurs situés sur l’avant du toit de la cabine.

LES DÉBUTS EN FORMULE INDY

Après de nouveaux développements dans l’aéronautique militaire et civile, le HUD a été testé dans le secteur automobile en 1988 par GM sur une voiture de sécurité du championnat Indy, l’Oldsmobile Cutlass Supreme. Par la suite, d’autres marques comme Nissan, Toyota et Chevrolet ont commencé à travailler sur ce système et aujourd’hui, de plus en plus de modèles le proposent comme contribution à la sécurité active.

L’affichage tête haute est essentiellement un système capable de projeter sur un écran ou sur le pare-brise, dans le champ de vision du conducteur, de nombreuses informations relatives à la conduite : vitesse, guidage de navigation, signaux des systèmes d’assistance, limites et, dans certains cas, appels entrants et même la musique que vous écoutez. Bien que cette technologie puisse sembler distrayante, le HUD est soigneusement conçu pour être presque invisible lorsqu’il n’est pas regardé directement.

LES DEUX SOLUTIONS

Tous les systèmes présents sur le marché conduisent à deux solutions techniques : la première, moins chère et peut-être moins élégante en apparence, utilise un petit écran transparent qui s’élève du tableau de bord devant le conducteur et sur lequel se reflètent les informations. Elle a fait ses débuts dans les voitures non premium il y a une dizaine d’années, avec la première génération de la Peugeot 3008, alors qu’aujourd’hui, vous avez de fortes chances de la trouver également dans les voitures du segment inférieur, avec d’autres équipements de sécurité active.

La seconde, plus sophistiquée, projette les graphismes directement sur le pare-brise grâce à un petit module holographique situé en haut du tableau de bord. Dans ce cas, l’effet créé fait que les données et les indications apparaissent suspendues quelques mètres plus loin devant le véhicule, ce qui permet au conducteur de repositionner ses yeux le plus rapidement possible.Cette solution a été inventée avant l’autre, vers la fin de la dernière décennie, et son utilisation était répandue sur les modèles BMW à partir de la Série 7, et peu après également sur Mercedes et Audi.

RÉALITÉ AUGMENTÉE

Depuis ses débuts, le potentiel de l’affichage tête haute a été élargi par l’intégration d’autres technologies telles que la réalité augmentée, qui fonctionne par interaction avec des caméras et des capteurs de sécurité. Grâce à ces derniers, il est possible de projeter des indications qui semblent avoir été dessinées sur la surface de la route, transformant le HUD en une sorte de navigateur tridimensionnel, intégrant des signaux de danger et mettant en évidence les obstacles.

Les évolutions portent également sur l’extension du champ de vision, qui n’est plus limité à la portion d’espace située devant le conducteur mais peut s’élargir à l’ensemble du pare-brise, en superposant des images créées artificiellement à ce qui est réellement vu. Ainsi, par exemple, un HUD avancé peut montrer au conducteur ce qui est caché à ses yeux, comme des obstacles ou de petits animaux, en faisant virtuellement « disparaître » le capot en projetant des images capturées par les caméras externes.Et ce n’est qu’un début. Il suffit de penser que la solution technique pour la voiture a moins de quinze ans.

les plus belles voitures

Vous aimerez aussi...