BMW Series 2 (2022)

Si l’on devait choisir la véritable « machine à conduire ultime » parmi la gamme BMW de ces dernières années, la BMW Série 2 Coupé serait toujours en tête de notre liste. Elle répondait aux attentes des passionnés en étant petite, légère et à propulsion arrière, équipée d’un moteur six cylindres en ligne au son spectaculaire et proposant une transmission manuelle en option. Les proportions dynamiques et classiques de la BMW n’ont fait qu’adoucir l’affaire pour les inconditionnels de la marque. Même lorsque l’ancienne Série 2 faisait ses adieux, nous étions toujours en train de chanter ses louanges.

Cela signifie que la nouvelle BMW Série 2 Coupé 2022 a beaucoup à offrir. Mais comme cela devient rapidement une tradition chez BMW, la prochaine génération d’une voiture que beaucoup ont aimée auparavant ne s’en tient pas au statu quo. La nouvelle Série 2 est considérablement plus grande, revêtue d’un style controversé et ne propose plus de transmission manuelle sur ses modèles 230i et M240i.

Pour être bref, cette nouvelle Série 2 Coupé est la version mature et adulte du modèle quelque peu enfantin qui l’a précédée. Cela s’applique aussi bien à son caractère qu’à sa taille. Comparez l’ancienne 230i à la nouvelle, et la voiture de 2022 est plus longue de 4,3 pouces, plus large de 2,6 pouces et plus basse de 1,0 pouce. Pour remonter encore plus loin dans le temps, cette Série 2 Coupé est presque identique en termes d’encombrement à la BMW Série 3 Coupé E90. C’est une bonne chose pour tous ceux qui se languissent de l’ancienne Série 3, mais c’est moins bien si vous recherchez une voiture de luxe unique et minuscule. La Série 2 Coupé n’est plus cela.

BMW a profité de cette occasion de transformation pour expérimenter une nouvelle direction stylistique pour la Série 2, et comme pour les nouvelles voitures M, les photos ne vous donnent pas une image complète. La brutalité de ses bords droits et tranchants confère au design une apparence et une personnalité différentes de celles de toutes les BMW de mémoire récente. Il ne s’agit pas d’un coupé arrondi et fluide comme la Série 4, et le caractère dynamique et compact de l’ancienne voiture a également disparu. Les lignes diagonales, les ailes carrées et les lignes droites dominent. Vous ne la confondrez pas avec un modèle réduit ou un modèle pour bébé. C’est la nouvelle Série 2 Coupé, et vous allez soit l’aimer, soit la détester pour ses touches uniques – l’étrange calandre en forme de rein avec les volets actifs qui simulent les lamelles traditionnelles, les feux arrière bizarrement écartés et les touches rétro.

Le nouvel intérieur est un aspect de la voiture qui devrait faire l’unanimité. Il ressemble beaucoup à celui de la Série 3, plus onéreuse, avec des matériaux de première qualité et un luxe absolu. L’ancienne Série 2 manquait cruellement des dernières technologies de BMW au cours de ses dernières années, mais tout est réglé pour 2022 avec le dernier système d’infodivertissement iDrive 7 et des écrans géants à profusion – un système d’infodivertissement de 10,25 pouces et un groupe numérique de 12,3 pouces sont offerts en option en plus du système d’infodivertissement de 8,8 pouces et des jauges analogiques de série. Vous pouvez ajouter un affichage tête haute pour la première fois dans une Série 2, ainsi qu’une suite complète de systèmes d’aide à la conduite et plus encore si vous voulez faire de la voiture un conducteur quotidien encore plus convivial.

N’allez pas croire que les dimensions extérieures plus grandes de la Série 2 la rendent plus accueillante pour les passagers, cependant. En fait, les sièges arrière sont plus étroits, avec un espace pour les jambes réduit de 0,8 pouce et un espace pour la tête réduit d’un pouce et demi. Il faut remercier la hauteur totale plus basse pour cela.

Comme la Série 2 grandit en taille, BMW a également augmenté la puissance du moteur. Le modèle de base 230i est équipé d’un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres qui développe 255 chevaux et 294 lb-pi de couple. C’est 7 chevaux et 36 livres-pieds de plus que le modèle précédent, et cela se traduit par un temps de 0 à 100 km/h en 5,5 secondes (comme auparavant). Quant à la M240i xDrive, elle est équipée du même six cylindres en ligne turbocompressé de 3,0 litres développant 382 chevaux et 368 lb-pi de couple que l’on retrouve dans la M340i et de nombreux autres modèles BMW. Son temps de 0 à 60 secondes tombe à 4,1 secondes.

Nous avons conduit les deux modèles, alors commençons par la 230i d’entrée de gamme. Tout d’abord, elle n’a pas l’air d’être une voiture « de base » à conduire. En fait, cette petite 230i devrait être le choix furtif des enthousiastes par rapport à la M240i xDrive en raison de son poids inférieur de 352 livres et de ses talents en matière de tenue de route qui ne cèdent en rien à ceux de sa sœur portant la marque M. Sans option manuelle, le modèle de base et le modèle M Sport reçoivent tous deux la superbe transmission automatique à huit vitesses de BMW. La 230i est également la seule Série 2 à propulsion disponible au lancement, car la M240i sera initialement réservée à la transmission xDrive. BMW affirme que la version à propulsion arrière sera disponible l’année prochaine avec une 230i xDrive.

Dynamiquement, la 230i profite pleinement de tous les changements apportés par BMW pour cette nouvelle génération de Série 2. La voie avant augmente de 2,8 pouces, et l’arrière de 1,9 pouces. Le carrossage est réglé de manière plus agressive. Les nouveaux roulements de roue en aluminium permettent de gagner du poids. Par ailleurs, un ensemble M Sport en option pour la 230i ajoute la direction sport variable de BMW, une suspension M Sport plus rigide mais toujours passive, et un ensemble de roues et de pneus plus gros. L’ensemble Dynamic Handling ajoute des pneus d’été encore plus gros et plus performants, des freins M Sport plus gros et le différentiel arrière M Sport électrique. La voiture que nous avons conduite était équipée de ces deux ensembles, et bien que nous ne puissions pas dire comment une 230i de base, dépouillée, se comparerait, cette configuration peut faire danser le petit coupé sur une route de canyon.

Il danse à un rythme légèrement différent de celui de l’ancienne Série 2, cependant. La voie plus large et l’empattement plus long sont immédiatement perceptibles et donnent un sentiment de stabilité bien plus grand que l’ancienne Série 2, tant en accélération en ligne droite qu’en tenue de route. Elle n’est pas dénuée d’espièglerie, cependant, car le solide couple de 294 livres-pieds est suffisant pour faire tourner le train arrière sans trop d’effort en mode Traction Sport. Ni le châssis, ni les freins, ni les accélérations ne donnent l’impression d’être de second ordre dans la 230i avec tous les packs M ajoutés. Nous ne pouvons pas en dire autant d’autres petites voitures de luxe comme l’Audi A3 ou la Mercedes-Benz Classe A, car elles sont beaucoup plus calmes et plus douces jusqu’à ce qu’on arrive aux variantes S3 et AMG, respectivement. Vous pourriez conduire aujourd’hui une 230i entièrement chargée en M et vous éclater sans rien faire à la voiture – même le quatre cylindres chante une douce mélodie dans l’habitacle.

Et puis il y a la M240i xDrive, d’une rapidité fulgurante. Selon BMW, elle n’est que 0,1 seconde plus lente à 60 mph que la M2 Compétition sortante, et nous n’en doutons pas un instant. La M240i et ses 382 chevaux sont tout à fait capables de dévaler une route de montagne à un rythme que l’on attend de la M2. Son châssis a encore plus d’atouts que celui de la 230i. BMW ajoute des jambes de force supplémentaires pour soutenir les moyeux de l’essieu avant, des amortisseurs adaptatifs (choisissez entre Confort et Sport) et des pneus d’été plus grands. De plus, tous les éléments M supplémentaires qui étaient en option sur la 230i font partie de l’équipement de série de la M240i.

Tous ces éléments, auxquels s’ajoute la sécurité de la transmission intégrale, transforment la M240i en un roc imperturbable dans les virages et en sortie de virage. Le châssis s’inclinera légèrement et vous accompagnera dans les virages, et l’énorme puissance de la transmission intégrale vous fera sortir de l’autre côté avec facilité à chaque fois. La sensation de la direction nous rappelle celle des nouvelles M3 et M4, car la prise de virage est presque anormalement légère au début. Elle devient rapidement normale après un certain nombre de virages, et nous l’apprécions par rapport aux crémaillères de direction trop lourdes des voitures de performance de nos jours. La boîte de vitesses automatique à huit rapports fonctionne avec une efficacité rapide, ce qui nous encourage à utiliser les décevantes petites palettes en plastique, même si la programmation automatique est parfaite à chaque fois.

Ce petit coupé est facilement notre application préférée du six cylindres en ligne velouté de BMW, et alors qu’il va probablement devenir encore plus amusant avec la propulsion arrière, la version à traction intégrale fortement orientée vers l’arrière est déjà bien accomplie autour d’une piste (avec quelques réserves). BMW nous a lâchés au Thermal Club avec quelques M240i xDrives violettes – oui, une des options de couleur extérieure d’usine est le violet. Désolé, Thundernight Metallic. Bien que l’accélération et la traction soient superbes sur la piste, nous aurions aimé une pédale de frein plus rigide et des fondations plus rigides pour garder toutes les facultés sous contrôle autour du circuit. Cela dit, ce qui ferait de la M240i une meilleure voiture de piste lui nuirait probablement dans la rue, où sa suspension indulgente rend la conduite quotidienne plus que tolérable. D’un autre côté, sa voie plus large et son empattement plus long contribuent grandement à inspirer confiance dans les longs virages. Ne vous attendez pas à des performances dignes d’une voiture M sur circuit avec cette M Sport. Elle donne le sourire pendant quelques tours, mais le potentiel de la Série 2 sur circuit n’est pas encore pleinement exploité.

Toutes les améliorations apportées par BMW semblent assurément très positives en surface, mais la nouvelle Série 2 nous tiraille d’une manière nostalgique, car elle s’éloigne encore plus de la minuscule Série 1 que ce modèle était au départ à la fin des années 2000. Tout ce qui a été fait pour la rendre plus maniable, plus douce et plus rapide s’accompagne de compromis. Et bien que la Série 2 soit techniquement meilleure qu’avant à presque tous les égards, le prix de cette amélioration ne nous échappe pas. Elle pèse plus lourd – 108 livres pour la 230i et 209 livres pour la M240i xDrive. Sa sensation de petite voiture est diminuée au profit de la stabilité. Et elle est juste un peu plus polie par rapport à la Série 2 sortante, brute et parfois éraillée, qui elle-même était considérablement plus polie par rapport à la Série 1, plus brute et souvent éraillée. Cette nouvelle voiture a toujours du charme, mais elle n’est pas aussi charmante à conduire qu’avant.

— retrouvez notre guide des plus belles voitures.

Vous aimerez aussi...